GV 14 – Messe alchimique de la Nuit-Mère

Nous redisons ici ce que nous avons dit bien souvent : dans les Églises gnostiques les plus ésotériques, en particulier dans celles qui sont porteuses des traditions préservées de la Rose+Croix, mais aussi, plus largement, dans les Églises
GV141 issues de certaines traditions mozarabes, et dans notre Eglise Templière, l’Alchimie a une place essentielle au cœur des pratiques sacerdotales. Quelle que soit la voie choisie, à un moment donné de la courbe astrologique, il devient très important pour l’Alchimiste de faire subir à ses matières la descente du Feu céleste. C’est ainsi que les homoncules, les pierres en fabrication, peuvent être portés sous les autels pour recevoir l’effusion spirituelle, au creuset d’un Athanor traditionnellement actif en lumière noire. Nous répétons que la rectitude de l’Adepte, du prêtre, doit alors être sans faille, et les travaux nécessitent une attention claire et différenciée. L’attitude juste face à la quête est la seule garantie d’une issue à la voie mystérieuse, mais le guide ne s’exprime que par très peu de signes. Les objectifs sont progressivement atteints, avec l’aide du saint Ange, de l’Éon-guide. Chaque tradition a sa procédure et ses secrets, mais la Rose+Croix traditionnelle (comme celle de l’Ordre Secret du Temple) propose une façon incomparable. L’alchimiste et le prêtre se répondent au cœur du travail, au fur et à mesure de l’utilisation des différents feux, et c’est l’invocation mystique qui, souvent, met en place les substances. Pour que le travail fonctionne, le prêtre doit être alchimiste et œuvrer à la transformation autant par la pratique spirituelle que par la technique de laboratoire (ora et labora). L’alchimiste doit être ouvert à l’effusion de l’Esprit, préparé à percevoir la descente du Feu céleste dans la matière. Si au cours de la messe Dieu devient perceptible en l’homme, l’élixir naturel fait retour lui aussi au Principe. Et nous savons alors que l’air peut se charger des particules de la Lumière. Les opérations commencent à la Nuit-Mère, au cœur de dernière lune noire de l’année : au cours de la Messe une incantation permet de trouver le fil de l’Archée, qui va descendre depuis l’Incréé. C’est ainsi…

Enseigne du Maître d’Alchimie. Ici, celle de l’Adepte qui se fait connaître sous le nomen de l’Anonyme des Monts et des Plaines…