GV 12 – VIIème Convent gnostique de Cordes sur Ciel

Notre convent estival annuel est l’occasion de développer encore davantage l’aspect initiatique qui caractérise le Gnosticisme actuel, en écho à toutes les initiations traditionnelles qui l’ont fondé depuis l’Antiquité. Déjà, dans le 
GV121Zostrianos
, des techniques de méditation étaient prescrites afin de réduire le « chaos de l’esprit ». Zostrianos devait ainsi passer par une série de baptêmes, qui étaient les figures ajoutées d’une initiation complète. La progression par ces étapes constituait une quête longue mais efficace dans la délivrance progressive de la connaissance spirituelle. Dans un autre écrit initiatique ancien, le Discours sur le Huitième et le Neuvième, neuf niveaux de connaissance sont révélés par lesquels il faut oeuvrer pour pouvoir communier avec le Dieu parfait et invisible. Un maître conduit bientôt le disciple dans une prière chantée, faites de vocalises et d’incantations sans signification apparent. S’ensuit un état d’extase et une vision du divin, grâce à la médiation du maître. A la fin du Discours, le maître commande au disciple d’écrire ses expériences dans un livre afin de guider d’autres, qui ainsi avanceront pas à pas et entreront dans la voie de l’immortalité.

En nos travaux quotidiens, nous retrouvons ces mystères, et parcourons inlassablement l’échelle initiatique qui élève vers les degrés de la connaissance, de cette Gnose qui ouvre les Portes de la Réintégration. Dans l’évangile de Thomas, les initiés sont ainsi appelés à devenir le Christ lui-même, ou d’autres christs, pour la diffraction de cette connaissance dans toute l’humanité. Le rassemblement gnostique va engendrer un égrégore magique, spirituel et tant lumineux, de grande force, capable de bousculer la masse destructrice voulue par les énergies du néant. Soyons ainsi les Christos de ces temps nouveaux. Voilà, chers Frères et Soeurs, et que la claire conscience soit votre récompense ; qu’à vos creuset subtils notre Rose, en ce jour de bénédiction, fleurisse à votre Croix.

Tau Sendivogius

« Vous avez vu, ô mes bien-aimés, l’amour de Jésus pour ses apôtres ; car il ne leur a rien caché dans les oeuvres de sa divinité : une fois dans la bénédiction des cinq pains d’orge ; une fois dans l’action de grâces à son Père ; une fois en rendant grâce pour les sept pains. » (évangile des douze apôtres)