Eglise Apostolique Templière Gnostique

Le gnosticisme chrétien n’est pas un dualisme religieux, comme beaucoup le pensent, mais une manière Article0043originale d’être chrétien en dépassant le dualisme, dans une recherche de la coïncidence des opposés (coincidentia oppositorum). La possibilité d’atteindre cet état coïncident en Christ est à la portée de tous ceux qui se mettent en marche et acceptent de se laisser porter par la Connaissance (gnosis) qui apporte l’onction traditionnelle.

Si le mouvement gnostique atteint un point élevé de développement au deuxième siècle, dans les écoles fondée par Valentin, la continuité gnostique fut ensuite très difficile tant la persécution des romains et de l’Eglise catholique fut sévère. Les premiers gnostiques chrétiens considérèrent Simon le Mage comme leur fondateur, puisqu’il maria un gnosticisme beaucoup plus ancien avec la révélation christique. Si le gnosticisme fut souvent perçu comme une tentative de transformer le christianisme en une simple philosophie religieuse, et de remplacer la Foi par des explications philosophiques, il s’élabora pourtant dans la célébration des mystères sacrés de la révélation, s’organisant en Églises chrétiennes discrètes d’inscription traditionnelle. Et c’est Clément d’Alexandrie (150-215) qui, dès le troisième siècle, formula le gnosticisme chrétien le plus orthodoxe, influençant tous les Patriarches de ces Églises jusqu’aux temps actuels.

Une des convictions fondamentale des gnostiques est que le salut doit être obtenu en libérant l’esprit de son emprisonnement dans la matière, en édifiant un corps glorieux capable de franchir la mort. Ce Corps de Gloire est élaboré pour pouvoir porter l’étincelle de vie, l’âme (semence divine), jusqu’à la réintégration dans le Plérôme divin. Les gnostiques pratiquent aujourd’hui un ascétisme modéré, pour se libérer par l’esprit et cultivent la recherche et l’étude, la théologie, la prière et la méditation. Actuellement les mandéens restent le plus grand groupe culturel de conviction gnostique, mais de très nombreuses Églises gnostiques autocéphales peuvent être recensées à travers le monde, figurant la splendeur de la somptueuse et vivante continuité de ce courant religieux original. La recherche théologique, et la montée au grand jour de toutes ces communautés, a été grandement facilitée depuis 1945 par la découverte d’une bibliothèque gnostique séthienne près de Nag Hammadi en Haute-Egypte, qui a pu démontrer la richesse ésotérique du corpus religieux des gnostiques. Le premier grand Concile mondial des temps modernes pour l’ensemble des Églises Gnostiques aura lieu en 2017 en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *